Blog

Infections à pneumocoque recommandations vaccinales pour les adultes (2017)

POINTS CLÉS EN BIOLOGIE MEDICALE

Durée de protection à la suite d’une vaccination

• L’immunogénicité induite par le VPP23 diminue pour ne plus être détectable par la mesure de l’activité opsono-phagocytaire 2 à 6 ans après l’inoculation avec des résultats variables suivant les sérotypes étudiés. Cette évolution est conforme aux données de l’étude d’Andrews qui montre une efficacité de la vaccination des personnes de plus de 65 ans à 65 % à 2 ans, 62 % entre 2 à 5 ans ; au-delà de cinq ans, aucune protection ne semble exister.

• Plusieurs études comparatives ont montré que la production d’anticorps spécifiques des sérotypes vaccinaux des VPC était plus durable que celle produite par le VPP.
L’étude CAPITA ne montre pas de réduction significative de l’efficacité vaccinale jusqu’au-delà de quatre ans suivant la vaccination.

Revaccination et hypo-réactivité

Chez une personne déjà vaccinée récemment par le VPP23, un mois après une nouvelle injection du VPP, le titre des anticorps (Ac) est inférieur au titre obtenu un mois après la primo-vaccination suggérant un phénomène d’hypo-réactivité ; mais, 6 mois après, le titre des Ac est comparable à celui obtenu après la 1ère dose. La réponse en Ac est d’autant plus faible que le délai entre la 1ère et la 2nde injection du VPP23 est court ; inversement, chez les sujets revaccinés par VPP23 cinq à dix ans après la primovaccination, les titres d’Ac sont supérieurs à ceux des naïfs et sont équivalents ou supérieurs à ceux obtenus après la 1ère dose. Musher et al. ont mesuré les Ac opsonisants après une 3ème dose chez des patients dont la 2nde remontait à plus de dix ans : un mois après, le niveau des Ac était inférieur à celui obtenu après la 2nde mais le vieillissement pouvait expliquer cette moindre réponse. Même chez des immunodéprimés (insuffisants rénaux), des résultats satisfaisants sont obtenus 6 à 9 ans après la 1ère injection.

L’efficacité de la vaccination par le VPC13 chez des adultes de plus de 70 ans déjà vaccinés par le VPP23 est également amoindrie : la réponse est d’autant plus faible que le délai est plus court (<1 an), mais l’immunogénicité se normalise à distance de la revaccination. Inversement, chez une personne préalablement vaccinée par le VPC, une injection du VPP produit une très bonne immunogénicité et une efficacité confirmée.

Ainsi, l’immunité protectrice consécutive à une injection du VPP23 ne semble pas dépasser cinq ansCelle du VPC13 est plus intense et plus durable pour la plupart des sérotypes. Après une injection du VPP23, il paraît nécessaire d’observer un délai de 6 mois à 1 an avant l’injection du VPC13. Un délai de cinq ans avant une seconde injection du VPP23 peut être ménagé sans réduction importante de l’immunité protectrice.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Donnez-nous votre avis

Comment pouvons-nous améliorer cet article ?

> Imprimer la page

Vous aimez BIOrecos ?
Faites-en profiter vos confrères en partageant la page sur les réseaux sociaux :