Blog

Alopécie : Les analyses à prescrire dans le bilan biologique

Déterminer le type d'alopécie : aide à la prescription

Interrogatoire préambule

  • – Évaluer si la chute est chronique ou aigüe et son intensité.

  • – Repérer si le début des symptômes est corrélé avec un évènement majeur : accouchement, stress, pathologie passagère (rhume), traumatisme pouvant indiquer un Effluvium pathologique. 

  • – Évaluation des antécédents médicaux personnels. (endocrinologiques, dermatologiques…)

Examen clinique déterminant le type d'alopécie

Observation clinique de signes révélateurs du type d’alopécie : 

– diffus ou localisé, 

– la localisation, en cas de plaques d’alopécie, 

– le cuir chevelu : sain ou squameux, 

– caractère cicatriciel ou squameux

Bilan biologique en cas de suspicion d'Effluvium pathologique

Numération formule sanguine

Ferritine

CRP

Thyréostimuline (TSH)

Bilan biologique chez la femme avec signes d'hyperandrogénisme :

Testostérone libre

17-OH-Progestérone

Delta 4 androstènedione

Sulfate de Déhydroépiandrostérone (SDHEA)

Cet examen est à réaliser idéalement dans les 5 jours suivant le début des règles.

L'alopécie : aide à l'examen clinique

Il existe diverses causes à l’apparition d’une alopécie. Le diagnostic de la plupart d’entre elles est effectué par l’examen clinique : 

l’alopécie androgénogénétique : alopécie physiologique chez l’homme (golfes temporaux, vertex, tonsure). Chez la femme, en cas d’alopécie sévère et/ou associée à un hirsutisme, il est recommandé de procéder à un bilan biologique hormonal. 

Effluvium pathologique : survient dans les trois mois qui suivent un évènement (accouchement, fièvre, chirurgie, accident etc.), ou lors de carence. Un bilan biologique est recommandé afin de vérifier les éventuelles carences. 

Pelade : alopécie en plaques lisses, cuir chevelu sain, test à la traction positif, diagnostic clinique. 

Syphilis secondaire : 3 à 6 mois après le contage, apparition de plaques avec de petites aires alopéciques dites “en clairière”. 

Trichotillomanie : il s’agit de l’expression de tic. Le diagnostic est clinique. Le plus souvent présent chez les enfants, les cheveux sont cassés sur des longueurs différentes, et sur des zones facilement accessibles par le patient. 

Teigne : elle détruit le cheveu sur plusieurs longueurs (observation de cheveux cassés plus ou moins courts). Il s’agit d’une alopécie squameuse avec observation de plaques.

Alopécie de tractation : liée à des brossages agressifs, du tressage, ou du défrisage qui endommage la fibre capillaire. Elles démarrent souvent par une bande fronto-temporale avant de progresser en arrière. 

 

Les examens complémentaires de détermination de l'alopécie

Plusieurs examens complémentaires peuvent être réalisés pour déterminer l’intensité ou la cause de l’alopécie : 

– le test de traction : il consiste à tirer 50 cheveux avec force au niveau de la base. Le test est positif quand il y a plus de 10 à 15% de cheveux arrachés, à réaliser à 9 endroits différents du crâne. 

– le trichogramme : test consistant à observer au microscope quelques cheveux arrachés à la racine à différents endroits, afin de déterminer l’importance de la chute et le potentiel caractère pathologique. 

– la biopsie : prélèvement d’un échantillon du cuir chevelu, sous anesthésie locale afin de visualiser les cheveux, racines et cuir chevelu au microscope. 

Cet article vous a-t-il été utile ?

Donnez-nous votre avis

Comment pouvons-nous améliorer cet article ?

> Imprimer la page